Carl Maria von Weber an Charles Kemble in London
Dresden, 7. Oktober 1824

Absolute Chronologie

Vorausgehend

Folgend

Korrespondenzstelle

Vorausgehend

Folgend

A

Monsieur Charles Kemble

Propriétaire et Directeur du

Theatre de Conventgarden

a

Londres

Mon cher Monsieur Kemble!

Personne n’y perde plus que moi, en ne pouvant pas profiter de Votre aimable Proposition en toute son étendue; mais en me bornant sur les trois mois d’avril, de May, et de Juin 1825, ou, May, Juin, et juillet, d’apré Votre gré, je peut au moins Vous donner la Sureté de mon arrivée a Londre.

La chose principale ést, de m’envoyer sitôt que possible, le Poême de l’Oberon; que je prefere par quantites de raisons a celui du Faust.

Outre çela, je Vous prie en graçe de me fair savoir en meme tems, 1) a lesquelles de Vos Artistes Vous donnerait les rôles d’apres Votre opinion. 2) quel Voix, Soprano, mezzo Soprano, Tenore, Bariton, Basse, pp possede ces Artistes, et le quel est leurs Diapason. 3) En quel genre de Musique aiment-ils à chanter, est lequelles sont les rôles des operà les plus connu, dans lesquelles ils ont exceller.

Pour ce qui regarde les conditions de mon arivée à Londre, je suis hors d’état de les fixer moi même.

Je ne connais pas les usages de Vos Theatrés, j’ignore en quel Maniere je pourrais Vous etre utile.

J’entreprend cette Affaire avec Vous Monsieur, plein de toute la confiance q’un Artiste doit á l’autre, et surtout a une personne de Votre merite, est de Votre Loyanté connu.

Je Vous prie donc, de vouloir bien me signifier en detail tous ce que j’aurais a faire pour Votre Théatre, et quel Honoraire Vous me fixé pour çela.

Je me permet seulement quelques demandes préliminaires sur cette objet; indiques par les usages des autres Theatres. P: e: Les frais de Voyage me serront restitué par une Somme fixé. - On me donnera un Appartement convenable, et une Equipage a ma disposition. On me fixera un Honoraire pour la Direction des Operas pp et en quel maniere s’arrangera-t’on pour le Droit de la Propriété de la Partition, du Poème, et de l’arrangement pour le Pianoforte pour etre gravé, - de la nouvelle opérá que j’ecrirai pour le Théatre de Conventgarden. En tout cas je me reserve cela pour l’Allemagne, et tout autre pays, excepté l’Angletterre et ses Royaumes reunis.

Voila mes ideés et mes Vues sur notre affaire, que je Vous prie de regarder comme le resultat de tres peu de reflexion, et jetter sur le papier pour ne pas perdre le tems precieux, sans avoir fait un pas enavant.

Je repete que le plus essentielle pour moi, est, de recevoir le Poeme sitôt que possible. Je ne travaile pas vite. J’aime que mes ouvrages soient mure, et je trouve sur moi la grande Obligation, de satisfaire au moins j’usque a un certain point la flatteuse opinion du Public de Londre.

J’ai ordonné tout de Suite la copie de la Partition et des parties separées d’orchester de Preciosa; qui partiront en tres peu du tems.

C’est aussi a Vous, mon cher Monsieur Kemble d’en fixer le Prix.

Je Vous prie en attendant, Monsieur, de croire aux sentimens, et d’agréer toutes les expressions de la haute estime avec la quelle j’ai l’honneur d’etre Votre tres humble Serviteur Charles Marie de Weber.

Apparat

Zusammenfassung

bittet dringend um Textbuch zu Oberon (den er Faust vorziehe) u. um Auskunft über Theaterbedingungen, Sänger u. weitete Details, auch Honorar u. Eigentumsrechte betr.; die bestellte Kopie der Preciosa solle bald folgen;

Incipit

Personne n'y perde plus que moi, en ne

Generalvermerk

Verantwortlichkeiten

Übertragung
Eveline Bartlitz, Joachim Veit

Überlieferung

Textzeuge

In Privatbesitz

Quellenbeschreibung

  • 1 DBl. (3 b.S. einschl. Adr.)
  • PSt: a) DRESDEN 8. [Okt]; b) [Rundstempel:] FPO / OC 22 / 1824; c) FRANCO; d) unleserlich
  • Siegelrest

Überlieferung

  • International Autographs N.Y. No. 18 (1968), Nr. 79
  • International Autographs No. 10 (1960), Nr. 43
  • Sotheby & Co, Verst. vom 24./25. Januar 1955, Nr. 476
  • Sotheby, W.&H., Verst. vom 11.-13. Mai 1905, Nr. 219
  • Librairie Marc Loliée (Paris), no. 90, o.J., Nr. 176
Weitere Textquellen
  • La Mara, Musikerbriefe, in: Die neue Rundschau, Jg. 24, Bd. 2, Heft 6 (Juni 1913), S. 808f. (in deutscher Übersetzung); dazu abschriftliche Vorlage von Marie Lipsius (auf Bl. 22-25) sowie korrigierte Druckfahne in D-B, Mus. ep. La Mara-Konvolut 6

Textkonstitution

    Einzelstellenerläuterung

      XML

      Wenn Ihnen auf dieser Seite ein Fehler oder eine Ungenauigkeit aufgefallen ist,
      so bitten wir um eine kurze Nachricht an bugs [@] weber-gesamtausgabe.de.